Nerd Index du Forum
 
 
 
Nerd Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Etude des effets du houblon frementé sur la population Gnome

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nerd Index du Forum -> Les Tavernes !! -> La Taverne de WoW
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lind
Maitre De Guilde

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2013
Messages: 71
Localisation: Assis dériere mon PC

MessagePosté le: Jeu 14 Nov - 00:08 (2013)    Sujet du message: Etude des effets du houblon frementé sur la population Gnome Répondre en citant

 
   
 
  
 
  
 
  
 
  
 
  
 
  
Ou la drôle d’histoire d’une jeune femme courte sur patte qui n’a rien à envier aux nains les plus rompus aux beuveries… Notre histoire commence par un beau matin d’automne, et prend place au cœur de la capitale naine nichée au cœur de Dun Morogh. Tout dort encore dans la ville-forge quand soudain…DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII *SBAFFF* iIiiiIiiuuungggrrrrr……
Après avoir fracassé son Réveil-o-matic de sa conception – de toute manière, il fallait le refaire, l’améliorer – Naalhys Brise-Noix arriva à grand’peine à se redresser sur sa couche, tout en n’échappant pas au réflexe premier de la gueule de bois épique : la déglutition qui précède le premier renvoi du matin, celui bien chargé et qui fait dire que la veille on a dû faire les fonds de tonneaux…
Lentement, la gnome toute décoiffée – du genre « Par les béliers de mon grand-père, qui c’est qui a foutu un bâton de dynamite dans mon bonnet de nuit ? » – mit péniblement les pieds dans ses chaussons en fourrure de yéti et se traîna jusqu’à sa petite salle de bain. Là, le reflet du miroir lui indiqua que oui, elle avait beaucoup trop bu la veille et que non, décidément, passer la Fête des Brasseurs avec des nains n’était pas sa meilleure idée de l’année…
Et pourtant, elle avait le souvenir d’une des meilleures quinzaines de sa vie ! Si si !
Tout avait commencé quinze jours avant, alors que les brasseurs de tout Azeroth montaient le camp aux pieds de la citadelle de Forgefer, à quelques foulées de béliers du petit village de Kharanos. La cité naine était bien sûr remuée par toute cette effervescence, et on raconte même que certains nains, désireux de profiter au mieux des breuvages de la fête avaient cessé de boire tout ce qui ressemblait de près ou de loin à de la bière depuis quelques jours…


Dans son petit logement, tout en haut d’une demeure naine – où elle était logée à titre gracieux par un couple de nains n’ayant jamais eu d’enfants et dont le mari avait été jadis sauvé de la mort par le père de la gnome… dette à vie, tout ça… -, la jeune Naahlys s’évertuait à coiffer sa tignasse rose en deux larges tresses, histoire de faire honneur au peuple nain. Pour tout dire, elle aurait pu concurrencer Fifi Brindacier, une naine rouquine et farfelue, héroïne des contes pour enfants de petite taille.
Toujours est-il que la gnome voulait être la plus présentable possible, car elle avait une mission : prouver à ses amis nains qu’elle aussi pouvait tenir l’alcool… Oui, un pari fort risqué, mais pour une gnome avec un étrange sens de l’honneur et une capacité étonnante à tout prendre au pied de la lettre, la blague de ses comparses devint vite un défi qui ne concevait aucun échec ! Non mais !
Tout cela pour dire que ce jour qui voyait la saison automnale débuter fut aussi le jour où Naalhys découvrit que l’estomac des gnomes n’était pas fait, à l’origine, pour endurer des beuveries répétées durant deux semaines … Parce que bon, autant l’avouer, la première pinte de Brasselorge légère fut accompagnée d’un renvoi des plus féminins – comprenez : fort tonitruant et humant l’haleine d’un ogre Cogneguerre dans la force de l’âge – et beaucoup de fêtards sur les lieux ont un moment cru que la gnome allait devenir aussi verte qu’une gobelin… Mais, par chance, il n’en fut rien. La verdeur se carapata aussi rapidement qu’elle était apparue et le visage rondouillard et jovial de la gnome s’auréola de rougeurs caractéristiques, ainsi que d’un large sourire – celui qui dans tous les langages signifie : « c’est bon la goutte ! » – qui donna à ce masque heureux une touche de béatitude marquée.
Qu’on se le dise : non, la gnome n’était pas déjà bourrée ni ronde comme un tonneau après une seule pinte. Ni après deux. Ni après trois…
Les nains présents s’accordèrent depuis à dire qu’ils avaient assisté au plus beau spectacle qu’il leur avait été donné de voir. Certains même crurent à un véritable miracle. L’apothéose de l’engloutissement de bière en fût. Le summum de l’ingestion de houblon fermenté… Une œuvre d’art maltée concentrée dans un mètre et dix centimètres de haut…
Miraculeux, en effet cela n’est point trop fort. Car ce qui s’est passé entre la première pinte et la dernière, durant deux semaines, fut assez incroyable, même pour des nains.
Tout d’abord, Naalhys mit un point d’honneur à boire au minimum, dès le premier jour, une pinte de chaque bière présentée à la fête. Oui, une pinte de chaque. Une pinte naine, s’entend. L’équivalent de la contenance d’un estomac de gnome, en somme… Du moins, c’est ce qu’on disait…
Ainsi, après avoir offert à son palais le goût léger de la Brasselorge la plus fine, Naalhys entreprit de déguster les version brunes et blondes de cette délectable bière. La brune lui graissa le fond du gosier, lui laissant un goût âpre qui au final ne lui déplut guère. La blonde lui fit pétiller la langue, et elle la trouva fort goûtue.
Ayant fait honneur à la brasserie Brasselorge, la gnome se dirigea ensuite, d’un pas décidé – et non moins décalé – vers le stand de la brasserie Tonnebière. Il est des nains qui la croisèrent qui sur le coup pouffèrent dans leur barbe en imaginant la gnome tomber en pâmoison à la première gorgée… Mais tous durent admettre leur admiration envers la petite créature ! Car en moins de temps qu’il ne le faut pour dire « gralagragrougroudabu !« , la dodue petiote s’enfila une pinte de chaque variété Tonnebière : la blonde coula à pic jusqu’au système digestif court sur patte, la brune anesthésia la bouche de la donzelle, tandis que la 45 lui donna un teint pourpré du plus bel effet.
La gnome était faite, prête à endurer les breuvages ogres. Car oui, mesdames et messieurs, elle les a testés ! La Gueuze des Gueux, le Grog Gordok, et même l’Hydromel Ogre, tout y est passé.
Et là, vous vous posez sans doute une question, existentielle de surcroît : « Mais bon sang, où c’est-y qu’elle peut ranger tout ce liquide dans un si p’tit corps la gredine ?!« 
Certes…
Les nains se le demandent encore. Un étudiant en brassage du houblon et du malt en a même, dit-on, fait son sujet de mémoire – d’ailleurs ses professeurs en sont impressionnés, un tel cas est si rare, comprenez – mais le mystère reste entier.
Toujours est-il que le premier jour, la gnome devient rapidement une outre pleine qui faisait « glouglou » à chaque petite foulée que ses jambes miniatures acceptaient de parcourir.
Mais attendez, ce n’est pas tout !



Parce qu’à la Fête des Brasseurs, la charcuterie est aussi à l’honneur – non, ceci n’est pas un communiqué du Comité des Nains Amoureux de la Saucisse Sèche, mais ça aurait pu – et inutile de vous préciser que la gnome n’y a pas fait exception. Et qu’elle ne s’est pas contenté de petites bouchées…
Car en vérité je vous le dis : les gnomes, en fait, ce sont des ogres miniatures mais dont l’estomac se trouverait dans une sorte de faille spatio-temporelle. Si si, c’est la seule explication valable !
Je récapitule donc : au premier jour, la gnome avait déjà ingurgité 6 pintes de breuvages plus ou moins forts – précisons au passage que la toute dernière gorgée lui fit avoir la même réaction qu’un certains Legolas de Vertefeuille lors d’un concours avec un nain d’extraction noble, à savoir « oh, ça y est, je sens quelque chose : ça me picote au bout de doigts » et que bon nombre de nains présents durent réprimer une subite envie de s’évanouir devant cet étrange exploit – et qu’elle semblait déjà être sur le point d’éclater.
Et donc, vers quinze heures, elle se lança dans la dégustation de saucisses et autres mets succulents servant d’ordinaire à éponger l’alcool – et à donner une haleine encore plus chargée – : une saucisse sèche, une saucisse savoureuse, une saucisse fumée piquante, une saucisse succulente, un boudin blanc, un fromage épicé aux oignons – pour l’haleine vous dis-je – une Andouille d’or et pour faire passer le tout et assécher pour de bon le gosier, le Bretzel ultime de la Fête des Brasseurs, fierté des boulangers ayant travaillé à l’occasion.
Croyez-moi ou pas, mais rien ne fit le chemin inverse
une fois la glotte gnomesque passée ! Enfin si, juste un rot bien senti, le truc de fin de repas qui montre qu’on est bien repu et qu’une bouchée de plus serait une bouchée de trop, celui qui signifie bien souvent qu’on a les dents du fond qui baignent et que l’heure de la sieste digestive arrive à grandes, très grandes enjambées. Ce rot bruyant – et qui acheva de faire penser à tous les spectateurs que, décidément, une gnome c’est vraiment très impressionnant – marqua la fin de ce premier jour de festivité et fit prendre à la jeune femme le chemin de sa chambrée. Un peu sinueux d’ailleurs, ce chemin.
Et les jours suivants alors ? Et bien ce fut le même manège. A quelques détails près : chaque jour, la gnome une ration à celles de la veille de la veille. Si bien qu’au bout d’un 16ème jour, elle s’envoya en tout cent quarante quatre pintes d’alcool, soixante-quatre saucisses, seize boudins blancs, seize Andouilles d’Or, seize fromages épicés aux oignons et seize Bretzels ultimes…
Certes, Naalhys avait quelque peu gonflé. On pouvait presque dire sans se tromper qu’elle était désormais aussi large que haute.
Mais le plus impressionnant c’était son visage : pourpré juste ce qu’il faut, mais surtout souriant. Car durant ces deux semaines, le rictus jovial ne l’avait nullement quittée. Et à aucun moment elle n’eut l’air pleine, bourrée, ronde, complètement faite. Juste joyeuse, tout au plus.
Un exploit.
Qu’elle payait ce matin donc, au lever. Car une fois l’euphorie de la fête passée, le retour à la réalité se fait sentir plus que jamais. Le regard qui soutenait avec peine de lourdes valises, le teint gras qui laissait poindre quelques vilains boutons, les cheveux qui se disaient tous diantre entre eux… sans oublier l’haleine qui pouvait facilement faire fondre n’importe quel métal précieux à plusieurs mètres de distance.
Cette année-là – hanhan hanhan – Naalhys Brise-Noix comprit que les nains avaient élevé l’absorption d’alcool au rang d’art, mais que pour en supporter toutes les nuances il fallait avoir un estomac blindé et un cerveau déjà décalqué… il ne lui restait donc plus qu’à entraîner son estomac ! Mais pour l’heure, elle avait surtout besoin d’un bon bain et d’une de ses inventions : la brosse à chicots mécanique et sa pâte à récurer les quenottes.
Ainsi s’achève cette aventure de la gnome Brise-Noix, aussi surnommée depuis la folle qui se gava
_________________
Votre Meilleur Chef de Guilde par Obligation


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Nov - 00:08 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nerd Index du Forum -> Les Tavernes !! -> La Taverne de WoW Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com